Une base de données nationale pour améliorer la connaissance du diabète

En France, 3,7 millions de personnes sont traitées pour un diabète de type 1 ou de type 2, représentant plus de 5% de la population. La prévalence de ces maladies ne cesse d’augmenter et leurs complications constituent une préoccupation majeure de santé publique et de soutenabilité économique.

Les systèmes de santé modernes produisent d’énormes quantités de données de santé sur la maladie, en ville et à l’hôpital, d’autres sont générées en dehors de ces systèmes, par les patients eux-mêmes ou via des objets connectés.

Le potentiel d’utilisation de ces données massives issues de sources multiples est considérable, notamment pour progresser sur la connaissance des diabètes, promouvoir la santé et le bien-être des personnes diabétiques et améliorer les soins (identification des facteurs de risque, aide au diagnostic, suivi de l’efficacité des traitements …).

Octobre 2019

La chaine M4P de collecte, stockage et traitement de données multi-sources sur le diabète est techniquement opérationnelle.

Les premières données pourront être mises en partage sur la plateforme dès obtention de l’autorisation CNIL (en cours).

M4P : Appel à partenariat

Patient, professionnel ou établissement de santé, institutionnel …

Vous êtes un acteur du diabète et vous êtes prêts à mettre en partage des compétences et/ou des données pour améliorer la connaissance du diabète ?

Le projet M4p

Soutenu par l’Etat dans le cadre des Investissements d’Avenir, le projet M4P vise à constituer et industrialiser une base de données multi-sources sur le diabète, la « Diatabase » qui est alimentée par des données issues de l’hôpital, de la médecine de ville, de centres de recherche, d’objets connectés et croisées avec les données des bases médico-économiques du SNDS (Système National des Données de Santé).

Les partenaires

Le projet M4P est porté par un consortium expert regroupant des associations de professionnels de santé investies dans le diabète, des entreprises spécialisées dans les technologies numériques et l’analyse des données et des académiques dont l’Institut Mines Telecom qui met à disposition sa plateforme Teralab, accélérateur sécurisé de projets de recherche en IA et Data et ses techniques disruptives en matière de sécurisation des données.